Quantcast
Loading...
Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)
Loading...

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Loading...

Channel Description:

Pour le souvenir des Groupes Lourds Français squadrons 346 et 347 basés a ELVINGTON en Grande-Bretagne 1944/1945 - 2/23 "GUYENNE" 1/25 "TUNISIE"
    0 0

    ELVINGTON - YORK

    11 NOVEMBRE 2019

    LES CEREMONIES DU SOUVENIR

    remembrance2019-1-1024x562

    De gauche à droite:

    Elliot Hacquin, ??,Madame Bogaert, ??, ??, ??, Paul Bogaert, Barbara George, M. Mallia, ??, Philippe Bogaert, ??, ??, Nicole Rousseau-Payen, Yvonne Finale. 

    Remembrance 2019 - Yorkshire Air Museum

    After many days of Yorkshire rainfall leading up to Remembrance Sunday, it was refreshing to see such a bright, mild and sunny Sunday morning as we gathered for Remembrance Sunday. The first ceremony took place at the French Memorial in Elvington Village, where the Parade of Scouts, Cubs, Guides, Brownies and Beavers, largely drawn from ...

    http://yorkshireairmuseum.org

    (Source: YAM d'Elvington)


    0 0
  • 11/21/19--05:27: 342 LORRAINE Henri VIGIER
  • Henri VIGIER

    Mort pour la France

    carte Scan (351) 

    Henri VIGIER à son retour d'une mission de bombardement. Cette photo àété tirée à plusieurs millions d'exemplaires par la propagande alliée et diffusée avec cette présentation " Un ami des Forces Françaises Libres".

    L'INCROYABLE AVENTURE.

    Vigier vient de quitter la zone allemande et relate, comme en passant, un exploit qui suffit à donner la mesure de son coeur.

    "... Le 24 décembre (1940), je pris le train pour Tours puis pour Blérié-sur-le-Cher où je pus passer d'une zone à l'autre tard dans la soirée... Le matin, transi de froid, je roulai vers Chateauroux, Limoges, Brive, Aurillac car je tenais à voir une dernière fois ma famille et mon beau pays d'Auvergne. Ce devoir accompli, je partis rendre visite à un de mes oncles qui habite Viviez et, en y allant, ce n'est pas sans émotion que je traversai la commune de Pers où je suis né.

    Arrivé chez lui, j'appris que mon cousin (son fils) était peut-être encore prisonnier à Orléans et, en tout cas, en instance de départ pour l'Allemagne. Refaire le chemin inverse, repasser la zone, filer sur Orléans et aider mon cousin à s'évader ne fut qu'un jeu, sauf naturellement les risques encourus et la fatigue des nuits de voyage sur le dur... Nous reprîmes à nouveau le chemin de la liberté sans incident, sauf au passage de la zone où nous manquâmes d'être cueillis par les Allemands. Le 8 janvier nous étions de retour à Viviez.

    ...Laissant mes parents à leur joie, je partis pour Toulouse où j'espérais trouver une organisation gaulliste qui hélas n'avait peut-être jamais existé que dans l'imagination de quelques zélés partisans..."

    ...Vigier est maintenant à Marseille. Grâce à une complicité que lui ont valu sa chance et son cran, il est titulaire d'un livret de navigateur et attend impatiemment que le bateau auquel il est affecté puisse reprendre la mer.

    ...Entre temps j'avais manqué d'être la victime d'une soi-disant organisation gaulliste qui faisait partir ses membres par le territoire neutre d'Andorre... Est ce n'est que grâce à une prudence aiguisée par mes récentes déconvenues que je parvins de justesse àéchapper à la police.

    ...Vers fin mai, le bateau ayant terminé ses réparations revint à Marseille. La navigation était presque entièrement suspendue et on passait de longues semaines dans le port en proie aux mouchards de la légion et du parti doriotiste.

    Heureusement, sur le bateau, deux officiers mécaniciens protégeaient les gaullistes et je voudrais que MM. Rousseau et Barbier lisent un jour ces lignes et y trouvent l'expression de la reconnaissance de tous les mécaniciens du Colombie qui ont rallié nos forces françaises libres.

    "...Aussi quelle joie et quel stimulant, lorsque j'apprends que le bateau va aller à Beyrouth chercher les gens qui, trompés par une propagande que toute la France a connue ne veulent pas rallier... Un court séjour à Toulon, une dernière fouille - car sur le Marrakech qui nous précède une bonne douzaine de passagers clandestins ont été trouvés - et nous voilà partis!..."

    Cette note de voyage:

    "... En passant de nuit, j'admire le volcan Stomboli dont la lave rouge coule jusqu'à la mer, mais le matin, à l'entré du détroit de Messine j'admire avec encore plus de plaisir un beau croiseur italien qui, quelques heures auparavant, a reçu d'un sous-marin anglais deux torpilles en son arrière qui est complètement sous l'eau..., quelques charges de profondeur secouent notre navire mais j'apprendrai à Beyrouth que le sous-marin s'en est sorti sans mal.."

    Et voici l'arrivé.

    "... J'ai préparé deux cordes de 10 à 12 mètres, j'ai enveloppé mes papiers dans un vieux morceau d'imperméable et j'attends.

    ... Chance ! nous allons à quai. Je quitte mon service, cours à ma couchette, me change, prends ma petite valise et fonce sur l'échelle de coupée, quitte à forcer le passage... Mais, joyeuse et bonne surprise, les deux fonctionnaires de garde ont été les premiers à déserter le bateau. Ils sont déjàà terre et c'est un défilé des membres de l'équipage, les marins en bleus, les cuistots en blanc, les soldats qui suivent avec armes et bagages et voici la femme de chambre - en réalité infirmière diplômée - qui vient aussi offrir ses services à la France libre avec ceux d'un jeune pilote parisien quelle avait réussi à cacher à bord..."

    "... Il y a 8 mois que j'attendais ce jour-là ! on ne pourra pas m'accuser de manquer de suite dans les idées... Mais pourvu que ma mère qui est seule à Paris et mon frère prisonnier n'en souffrent pas.

    J'ai toute leur approbation."

    Henri VIGIER qui fera toute la dure campagne de Lybie jusqu'à la victoire d'El Alamein sera d'abord chargé, comme sergent, du service des réparations et de la défense du camp d'aviation de Rayack proche des lignes. Ce n'est pas précisément une sinécure.

    Voici d'ailleurs un échantillon de la trame de périls et de fatigues dont étaient faits les jours.

    "... Après l'installation, le vrai travail commence. Interceptions, convoyages, chasse de nuit, les pilotes s'en donnent à coeur joie... En tout et pour tout, nous avons par jours, trois litres d'eau légèrement salée. Le vent de sable très fréquent, nous oblige à porter des lunettes. Il rentre partout, même dans la soupe. La chaleur elle est si forte que les cartouches partent toutes seules et brûlent dans les boîtes chargeurs des ailes.

    "... Presque toutes les nuits l'ennemi vient lancer sur le terrain des fusées éclairantes et de petites bombes incendiaires mais nous craignons surtout les parachutistes venant du désert... nous ne seront mitraillés qu'une fois, bombardés une demie douzaine et encore, par chance, à chaque coup notre partie de terrain est manquée... Ce terrain nous porte bonheur. C'est là que nous avons vécu, en avant de nous, le vaillant exploit de nos frères d'armes de l'infanterie à Bir-Hakeim.

    "... Pendant tout le mois de juin je ne me rappelle pas avoir passé beaucoup de nuit tranquille... nous sommes maintenant près du front et les parachutistes allemands attaquent fréquemment... Le travail est plus dur aussi par suite du plus grand nombre de missions.

    "... Puis c'est le repli car l'ennemi avance toujours. Nous arrivons sur un autre terrain, dans le désert... et le lendemain nous sommes bombardé violemment. Un chapelet de bombes coupe notre camp en deux, un appareil brûle, deux autres sont endommagés, des bombes tombent très près de plusieurs tentes, blessant des hommes et l'une d'elle à moins de 10 mètres d'un camion chargé de munitions le criblant de centaines d'éclats, par une chance inouïe, aucune fusée, aucun obus éclatent... ce qui est heureux pour la sentinelle que nous retrouvons blessée à la tête et évanouie sur les caisses de cartouches.

    "... Le groupe participant à la défense de la route où se replient les colonnes britanniques essuie des pertes sévères: cinq de nos pilotes ne sont pas rentrés... et l'ennemi avance toujours. Il ira ainsi jusqu'à El Alamein où, stoppé net, il n'avancera plus."

    carte Scan (352)

    Damas - Groupe Alsace - Nous sommes passés en revue et félicités personnellement, par le Général de GAULLE, après la campagne de Lybie. (on aperçoit Ricardou félicité par le Général de GAULLE)


    0 0
  • 11/27/19--10:56: NOEL A ELVINGTON - 1944-2019
  • NOËL A ELVINGTON

    sur les traces de nos ancêtres

    1944-2019.

    En 1944, nos aviateurs français fabriquèrent 204 jouets pour les enfants de York...

    neill-watson-09372

     

    Cette année, 2019, nous suivrons leurs traces et recolterons des jouets pour les enfants de l'hôpital de York.

    Wartime Toys Made by French Airmen for Children of York - Yorkshire Air Museum

    The following festive story hit the national and region al newspapers on the eve of Christmas and it is indeed a heartwarming story for the season. We forget how things were during World War Two, but 67 years ago, on Christmas Eve 1944, 200 handcrafted toys were delivered to York Mansion House to be delivered ...

    http://yorkshireairmuseum.org

    Ce vendredi débutera la collecte de jouets, autour de l'illumination du sapin de noël d'Elvington, accompagnée des enfants de l'école primaire du village, du représentant de l'hôpital et de l'équipe du musée.

     

    Christmas Toy Appeal At The Yorkshire Air Museum - York's Toy Story - Yorkshire Air Museum

    In the Christmas Eve of 1944, 200 handcrafted toys were made by the French airmen based here at RAF Elvington, York. * Join us this Christmas and help the children of York Hospital by donating a Christmas Gift through The Yorkshire Air Museum The Story of the WW2 French Airmen and the Children of ...

    http://yorkshireairmuseum.org

    (Source: Sandrine Bauchet - Bureau Français)


    0 0

    Le vendredi 7 février 2020

    inauguration d'une stèle à Aste-Heusden

    en souvenir

    des deux équipages du Tunisie

    le NA 197 du lieutenant PELLIOT

    et le

    NA 260 du capitaine STANISLAS

    qui ont été abattus au-dessus de Peel la nuit du 7/8 février 1945.

    Neuf des quartorze membres d'équipage sont morts

    pelliot 102170177_o

    (collection: Yves REYNIER)

    7/8.2/1945 - Objectif: GOCH - Squadron 347 - 3 morts - Sgt/C BAGOT - Lt PELLIOT - Sgt LEMITOUARD.

    Au cours de cette mission, le Halifax du lieutenant Pelliot a été abattu par la chasse avant l'objectif. Le crash a eu lieu à Veluwe près d'Asten (Hollande). Bagot, Pelliot et Lemitouard sont tués. L'adjudant Loiselot remplaçait le sergent-chef Besnard au cours de cette mission pour des raisons de santé. Le lieutenant Pelliot a été inhumé au cimetière de Woensel à Eindhoven. L'avion avait encore ses bombes quand il a heurté le sol. Il a explosé. Bagot et Lemitouard restés dans l'avion ont été pulvérisés.

     

    stanislas 102170188_o

    (collection: Simon FERRER)

    Au-dessus de la flèche Jean FERRER mécanicien au sol.

    7/8.2.1945 - Objectif GOCH - Squadron 347 - 6 morts - Adjt/C AULEN, S/Lt ROGNANT, Sgt/C BERDEAUX, Sgt/C PATRY, Sgt BORDIER, Sgt BORDELAIS.

    Au retour de cette mission, le Halifax du capitaine Stanilas, atteind par une rafale d'un chasseur de nuit, explose Sans savoir ni pourquoi, ni comment, le capitaine Stanislas se retrouve dans les airs, suspendu aux sangles de son parachute. Il sera le seul rescapé de cet accident.

    Le crash a eu lieu sur la commune d'Asten (25 km sud-ouest de Eindhoven). Aulen, Berdeaux et Bordelais ont été inhumés au cimetière de Woensel à Eindhoven0

    Rognant, Patry et Bordier ont été inhumés au cimetière militaire français de Kabelle (Hollande).

    carte Gerard Jeuken chercheur dans le cratère 2019

    carte Les lieux des 2 crashes

    carte Les chercheurs retraités, entourant le Pt Bofgaert, et son épouse


    0 0

    Un Joyeux Noël

    et

    une Bonne Année 2020

    à tous les anciens

    les enfants et petits-enfants

    et Amis des Groupes Lourds

    2/23 Guyenne et 1/25 Tunisie

    carte Scan (592)

    Bomber Command Memorial, Green Park.

    342 Lorraine

    1/19 Gascogne - 2/20 Bretagne

    1/22 Maroc - 1/32 Bourgogne

    2/52 Franche-Comté - 2/63 Sénégal

    Mes Meilleurs Voeux à tous.

     


    Loading...
    0 0

    Mémorial en souvenir

    du crash du Lt LEROY

    la veille de Noël 1944.

    74159764

     24.12.1944 - Objectif: MULHEIM-ESSEN - Squadron 347  - 5 morts.

    En abordant la Ruhr, le Halifax du lieutenant Leroy est touché par la Flak. En dépit des avaries, l'équipage décide de poursuivre la mission. Il bombarde l'objectif, l'aéroport de Mulheim-Essen.

    Un peu plus tard, l'appareil est de nouveau sévèrement atteint; l'ordre d'évacuation est donné. Le pilote, le sergent-chef Baillon, reste aux commandes pour maintenir l'avion en ligne de vol, tandis que les six autres évacuent l'avion. Hélas, deux seulement survivront, les quatre autres étant assassinés peu après avoir touché le sol.

    Baillon périra dans l'avion qui s'écrase au sol. Il fait partie de cette cohorte des pilotes de bombardement qui se sont sacrifiés pour que le reste de l'équipage survive. Tous sont morts en héros anonymes. Les cinq tués ont été inhumés au cimetière Nord de Düsseldorf. 

    IMG-20191223-WA0001

    Le lieu du crash, l'équipage et les deux rescapés, le Sgt/C DURAN et le Sgt André GUEDEZ.

    CARTE IMG-20191223-WA0000

    Visite aujourd'hui 24 décembre 2020 de Geneviève Monneris la fille d'un des survivants André Guedez.

    IMG-20191223-WA0002

    De gauche à droite:

    ??, ??, ??, ??, ??, ??, Geneviève Monneris.

    c08035b2-7571-4131-8fcc-69d0d5200dfc

    Photo d'un des moteurs du Halifax, qui sera transformé en mémorial.

    Der Weltkriegsbomber: Ein besonderer Heiligabend in Düsseldorf

    Uwe und sein Vater Werner Baum haben in ihrem Garten in Düsseldorf einen Fliegerbombermotor aus dem Zweiten Weltkrieg gefunden und restauriert. Sie konnten Geneviève Monneris ausfindig machen - die Tochter des französischen Fliegersoldaten, der den Abschuss und den Absturz des Flugzeugs an Heiligabend 1944 überlebt hat.

    https://www1.wdr.de
    The Man Who Fell from the Sky - The Story of André Guédez of 347 "Tunisie" Squadron's remarkable Christmas Eve Survival. - Yorkshire Air Museum

    As Christmas approaches at the Museum, we recall each year the amazing true story of 24 year old André Guédez, a French mid-upper gunner based at Elvington during World War Two. Edited On 30th July 2017, Col. André Guedez passed away in France. The following was written when he was still with us, we have ...

    http://yorkshireairmuseum.org

    (Source: Ian REED)

    (A suivre)

     


    0 0

    RAFA Sud-Ouest

    Commémoration 

    de la bataille d'Angleterre

    en octobre à Cadillac

    ChrisGossBofB2019 

    (collection: Bery DENNETT STANNARD)

    carte Scan (640)

    " Branche Sud-Ouest France. La branche a eu sa commémoration de la bataille d'Angleterre en octobre à Cadillac, proche de Bordeaux. Vingt-six membres y ont assisté et ont donné 175 euros pour le Wings Appeal. Chris Goss, historien de l'aviation et vice-président de la branche, a également donné un cours discours sur les 13 Français qui ont participéà la bataille d'Angleterre. Le discours a suscité de nombreuses discussions entre les membres, et l'un d'entre eux a ensuite écrit une lettre à Chris pour le remercier d'avoir rappelé le sacrifice de ces pilotes français avec tant de style et de délicatesse: " Tous les Français vous en remercient!"

    (Traduction: Beryl DENNETT STANNARD)

    (Source: La revue  ROYAL AIR FORCES ASSOCIATION)


    0 0

    AVIS DE RECHERCHE

    DE

    Gilles COUSTELLIE

    Ancien sous-officier de carrière de l'armée de l'Air et membre actif de l'Espace Traditions BA 106 ( "musée" officiel de la base de Bordeaux-Mérignac), mes collègues et moi cherchons des informations sur:

    1) La ligne Bordeaux-Rabat-Dakar mise en place, à partir du 1er mars 1946, par la 21ème Escadre de Bombardement Lourd.

    Extraits de carnets de vol (années 1946 à 1949, Bordeaux-Mérignac).

    Témoignages, photos, rapports officiels ou non...

    2) Concernant les années 1943-1945 dans le Bomber Command, nous sommes aussi à la recherche de lettres écrites par les membres d'équipage avant leur départ en mission et destinées aux familles en cas de... Nous souhaitons rajouter une dimension humaine à notre présentation.

    3) Existe t-il des documents, photos ou descriptions des fameuses escape boxes ou kits de survie emportés par les équipages en cas de parachutage au dessus des territoires occupés? Je souhaiterais en reconstituer une.

    Je vous remercie pour toute aide que vous pourrez nous apporter.

    Prendre contact avec: gvcoustellie@orange.fr


    0 0
  • 02/12/20--10:35: Jacques ARNAULT 2/23 GUYENNE
  • jacques

    Jacques ARNAULT.

    " Jacques ARNAULT aura 18 ans le 22 juin 1940 jour de l'armistice. Engagé volontaire, évadé de France, il sera internéà la prison de Pampelune, puis au camp de concentration de Miranda de Ebro (Espagne). Rapatrié en Afrique du Nord, breveté observateur, il sera affecté au groupe Guyenne des Forces Françaises Libre à Elvington en Angleterre. En 1956 il sera rappelé en Algérie. Après cet épisode militaire il effectuera une carrière civile à la formation de cadres commerciaux et financiers".

    "En 1980 il prend une retraite bien méritée. Pour ses quatre-vingt printemps il réalisera son rêve: écrire. Auteur d'une quinzaine de livres, grâce à son talent, il ramène le lecteur dans cette période trouble de la guerre 1940-1945".

    (Source: Jean-Paul Delmas - La dépêche du midi)


    0 0
  • 02/14/20--12:58: A PROPOS DU RETOUR D'UN RAID
  • Au cours d'un raid sur Bochum

    5 avions sur 16 du Groupe 2/23 Guyenne

    ont été portés disparus.

    par J. GAUDENS-RAVOTTI (Navigateur du Cpt ROY)

    Chevalier de la Légion d'Honneur

    Croix de guerre

    Distinguish Flying Cross.

    - " Allo ! Commandant la base nous donne l'ordre de nous poser à Pocklington" dit le radio de sa voix neutre.

    Le radio était  un méridional passif et glacial que rien, pas même les plus beaux feux d'artifice tirés en notre honneur, ne pouvait émouvoir, sauf cependant les ennuis qu'il pouvait avoir avec  "sa mécanique". Dans ce cas, il lui parlait d'abord comme à  un enfant, en la raisonnant, en lui montrant l'inutilité de son entêtement stupide. Si ce moyen n'aboutissait à aucun résultat, son ton montait et s'enflait jusqu'à devenir celui de l'invective et cette lutte de la raison contre la matière mal domestiquée par la raison était épique et ne manquait pas de grandeur. Je dois ajouter d'ailleurs  qu'il connaissait admirablement son métier et qu'il est toujours sorti vainqueur de la lutte pourtant inégale dès le principe. Cependant, cette attitude nous avait toujours paru étrange  et dès notre entraînement, nous avions acquis la certitude que notre radio était inconscient des dangers que nous courrions du seul fait des conditions atmosphériques de la Grande-Bretagne où la brume sournoise, le gel perfide et le givrage soudain sont les plus intimes compagnons des aviateurs perdus dans un ciel maléfique.


    Loading...

Loading...